Table ronde sur le rôle de l’Union européenne dans les quartiers populaires.

cropped-logo_europanous1.jpg

COMMUNIQUE DE PRESSE 2012-01-25-Table-ronde-EuropAnous

25 janvier 2012

« Quartiers populaires : oubliés par la République, ignorés par l’Union européenne ? Comment dépasser l’indifférence mutuelle ? » : la table-ronde avec le Député européen Daniel Cohn-Bendit organisée par l’association EuropAnous en partenariat avec le Barreau de la Seine-Saint-Denis à Bobigny, le soir du 25 janvier, a suscité des échanges passionnés avec l’auditoire, fort nombreux et très diversifié : éducateurs, juges, avocats, enseignants, élus locaux, responsables et membres d’associations, étudiants, journalistes, simples citoyens, de la Seine-Saint-Denis et de Paris.

Face à un public, particulièrement sensible à la présence d’un député européen, à l’aura incontestable, dans des territoires marqués par des fractures profondes et s’estimant oubliés, un public revendiquant son besoin de « plus d’Europe » notamment sociale, insistant sur l’absence de cette dernière dans les quartiers populaires, sur son accès difficile notamment pour ce qui a trait aux financements de projets du fait de la grande complexité des dispositifs trop bureaucratiques, le député européen a, en plaidant vigoureusement pour une Europe plus sociale dotée d’un budget autonome, rappelé le partage des responsabilités, notamment du fait de la subsidiarité, entre les différents échelons (local, national et européen) et plaidé pour une meilleure articulation et synergie entre eux. Certains blocages étant dus principalement au niveau national, les efforts devaient être menés sur ce point pour susciter des réponses locales appropriées et innovantes (mise en réseaux, dispositifs régionaux d’information et de soutien administratifs et financiers des petites structures associatives pour l’accès aux programmes européens, mutualisation des efforts).

2012-01-25-Table-ronde-EuropAnous-1

Pour Djémila Boulasha, présidente d’EuropAnous, il y a urgence à intervenir dans ces quartiers: taux d’abstention alarmiste aux dernières élections européennes (à Bobigny : 74,62%) ; situation sociale et économique tendue (cf. Rapport de l’Observatoire national des zones urbaines sensible Onzus*) , absence de citoyenneté. Il faut accroître la proximité avec l’échelon européen car bien des programmes pourraient être particulièrement bénéfiques aux habitants, ces derniers devant être considérés, quelle que soit leur nationalité, comme des membres à part entière de la « Polis » européenne. Un des outils de proximité pouvant être la mise en place dans ces territoires d’antennes des bureaux d’information/ de représentation du Parlement européen et de la Commission européenne.

CONTACT:
Djémila BOULASHA, présidente et fondatrice d’EuropAnous
Téléphone portable : +33 (0) 6 16 71 77 67
Email

* Rapport de l’Observatoire national des zones urbaines sensibles: 43 % des jeunes hommes actifs et 37 % des jeunes femmes au chômage, en 2009, dans les quartiers sensibles. 2 fois plus de bénéficiaires des minimas sociaux dans les ZUS, 2 fois plus de personnes vivant en dessous du seuil de pauvreté et 3 fois plus de bénéficiaires de la couverture maladie universelle (CMU).

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s