La maison européenne du citoyen

La Maison européenne du citoyen : réponse au manque de proximité et à l’absence d’un espace public européen.

Sur le territoire de l’Union européenne, des citoyens européens au sens strict du terme (consacré par le traité de Maastricht et dont la citoyenneté est strictement subordonnée à la notion de nationalité, qui relève de la seule compétence des États (article 20 du Traité sur le fonctionnement de l’Union européenne « Est citoyen de l’Union toute personne ayant la nationalité d’un État membre ».) ainsi que des citoyens de nationalité d’un pays tiers disposent de droits issus des traités européens, de la législation communautaire, la de la charte fondamentale des droits de l’Homme et de la jurisprudence de la Cour de Justice de l’Union européenne.

Or à ce jour, ces droits ne sont pas exercés de façon homogène et égale. Les citoyens les plus favorisés culturellement et économiquement exercent plus facilement leur citoyenneté européenne; de même, les citoyens informés de leurs droits qui composent souvent la « communauté » des experts et des personnes compétentes dans les secteurs liés à l’Union. Ils sont à même d’exercer le droit de formuler et de faire entendre leur avis dans les domaines de compétence de l’Union.

Par contre, pour les autres citoyens, européen ou autre, engagés dans les syndicats ou les associations agissant notamment dans les domaines du social, des droits de l’homme, bref dans la société civile organisée, ou les personnes travailleurs transfrontaliers ou les personnes et les groupes en situation de pauvreté et d’exclusion sociale, l’exercice des droits de citoyenneté européenne n’est pas facile car les « sujets » européens ne font partie ni de leurs priorités ni de leur quotidien.

Par ailleurs l’Union européenne souffre d’un véritable déficit démocratique : manque de visibilité aussi bien dans les médias que dans certaines sphères de la société en particulier les quartiers populaires ce qui permet d‘affirmer que l’Europe en dépit de ses valeurs n’est pas « populaire ».

La Maison européen du citoyen se veut au service des citoyens quelle que soit leur nationalité, qu’elle soit d’un des 27 Etats membres de l’Union européenne ou de pays et se veut au service de l’idéal européen qui est de rassembler les hommes autour d’un projet de vivre-ensemble et de créer une espace public transnational, une véritable « polis » européenne.

Ses objectifs sont :

  • contribuer à développer une citoyenneté européenne pleine, entière et élargie à toute la diversité des populations vivant au sein de l’Union européenne, en particulier celles vivant dans les quartiers populaires.
  • Renforcer la proximité de l’Union européenne auprès des habitants de ces quartiers populaires ; renforcer la proximité de ces quartiers auprès des institutions européennes
  • encourager une citoyenneté européenne active, élargie et participative de la part de toutes les populations qui puissent s’approprier l’idéal de la construction européenne,
  • mettre en place et à dynamiser un véritable espace public européen où chacun peut devenir acteurs de la construction européenne,
  • décloisonner les espaces et contribuer à ce que les institutions européennes puisent dans cette diversité de populations, vivier de compétences et de ressources, d’idées, de projets, de dynamiques, de solidarités, de désirs, d’utopies
  • influencer les processus de décision au niveau européen pour que la dimension des quartiers populaires soit davantage prise en compte dans l’élaboration des programmes européens et des législations européennes.
  • développer la démocratie européenne et un nouvel humanisme européen donnant corps et sens à la devise de l’Union : unis dans la diversité.

La Maison européenne du citoyen : réponse au manque de proximité et à l’absence d’un espace public européen

La participation, la compréhension des débats sur l’Europe reste limitée à une élite, un groupe d’initiés. Bien que l’information soit accessible via internet et via des associations qui font un travail de diffusion non négligeable, elle parvient cependant difficilement sur le terrain des habitants des quartiers populaires. Les bureaux d’information de la Commission européenne et du Parlement européen sont basés en général au centre des capitales européennes et ne disposent pas d’antennes dans les quartiers populaires, banlieues, etc. En conséquence, les politiques européennes liées au social, à l’environnement, l’énergie, à la culture et éducation, à la liberté de circulation des personnes, etc. qui impactent le quotidien des personnes sont ignorées ou semblent être imposés par les « eurocrates » qui imposeraient leurs exigences aux gouvernements nationaux, démocratiquement élus. Par ailleurs certains programmes européens et législations communautaires semblent déconnectés du terrain, du quotidien des habitants des quartiers populaires.

En s’adossant à l’association EuropAnous (qui vise notamment à faire émerger une citoyenneté européenne élargie et active et à renforcer la proximité de l’Union européenne dans les quartiers populaires et de ces derniers au sein du milieu européen), la Maison européenne du citoyen veut servir de caisse de résonance des attentes des citoyens vis-à-vis des programmes et législations européennes pour ainsi renforcer leur ancrage dans le processus décisionnel européen et pour les institutions européennes renforcer l’ancrage de leurs propositions sur le terrain du quotidien.

La Maison européenne du citoyen se veut un outil pour

  • La mobilisation des informations et des opinons européennes

  • Un relai de transmission des opinons issues des débats de niveau local et/ou sectoriel vers le Parlement européen.
  • Le développement des initiatives citoyennes (1 million de signatures pour inviter le Parlement européen à pousser la Commission européenne à élaborer un nouveau projet législatif) et des initiatives telles que les demandes d’avis exploratoires sur des questions transversales ; les consultations systématiques sur les livres verts et les livres blancs ; les coopérations ad hoc (auditions, conférences communes, forums et les meetings) ;les groupes d’experts indépendants ; l’implication dans les structures comme le Comité Economique et Social Européen
  • Développer la synergie entre les citoyens, les associations (par exemple celles qui travaillent à faire la promotion de la construction européenne), les coopératives, les syndicats, les coopératives, les collectivités locales et régionales, les entreprises, les élus locaux, nationaux, européens, les instances européennes et leurs bureaux de représentation ainsi que leurs guichets d’information, les réseaux et associations existant au niveau d’autres Etats membres ou dans les pays tiers, les Maisons européennes du citoyen existant dans d’autres Etats membres, etc.

Moyens

La Maison européenne du citoyen est un espace physique ouvert à tous, que ce soit les citoyens des quartiers populaires, les associations, les entreprises, les collectivités locales, les parlementaires nationaux et européens, etc. Elle proposera les services suivants d’assistance et de conseil accessibles directement et via Internet :

  • Un service de conseil au sujet des personnes « contact » dans les institutions de l’UE et au niveau des actions à réaliser lors des étapes du processus décisionnel, sans oublier le conseil sur la mise en place des coalitions et d’alliances.
  • Un service d’assistance sur comment mettre en œuvre une initiative citoyenne pour que plus d’un million de citoyens d’un nombre significatif d’Etats membres puissent inviter la Commission à proposer une nouvelle version d’un projet législatif.
  • Un service d’assistance sur comment obtenir l’accès aux documents de l’Union européenne.

  • Un service d’assistance sur comment préparer une réclamation, présenter une pétition ou faire respecter les droits des citoyens européens.
  • Un service d’information et assistance aux subventions européennes : rassembler les renseignements dispersés dans plusieurs publications et sites internet des Directions générales de la Commission européenne ; faire connaître les mécanismes des financements communautaires, aider à chercher un cofinancement auprès des fondations et/ou des institutions financières, aider à préparer un dossier de demande de subventions, etc.
  • Un service de formation : pour familiariser et informer de manière simple et claire les citoyens sur l’Europe (complété par des visites du milieu européen) et leur transmettre les connaissances et les compétences nécessaires pour les transformer en acteur de la construction européenne, pour leur permettre de participer aux débats et aux campagnes de sensibilisation et de promotion qui seront organisées à partir de la Maison européenne du citoyen.
  • Un espace de débats en organisant des rencontres entre le citoyen et les élus européens, locaux, nationaux, les fonctionnaires européens etc.
  • Un espace de mobilisation des voix des citoyens au travers de campagnes sur des sujets spécifiques pour faire émerger une vox populi à transmettre aux décideurs européens.
  • Un lieu convivial de rassemblement citoyen en fournissant des équipements communs, partageables et technologiquement avancés: salles de réunion équipées pour effectuer des vidéo-conférences, des réunions, des formations…. des espaces partageables de bureaux, d’une cafeteria, d’une cuisine et d’une salle de fêtes.